Accueil » Intervenants » Les bons coups » Le système bioalimentaire » Son importance en région

Son importance en région

 
La région de la Chaudière-Appalaches fait bonne figure quant à l’importance de son secteur bioalimentaire. Selon l’estimation du MAPAQ en 2014, la région regroupait : plus de 5 516 fermes, 169 établissements de transformation. Au total, le secteur emploie 34 400 employés, de la ferme à l’assiette. Le secteur bioalimentaire est un moteur économique régional avec un PIB de 1,56 milliard de dollars . Chaudière-Appalaches est la deuxième région au Québec en matière de production agricole et troisième région en matière de transformation alimentaire.

 

Quelques particularités en Chaudière-Appalaches méritent d’être mentionnées, car elles contribuent durablement au système alimentaire régional (ou permettent une amélioration du système alimentaire, et ce, de manière plus durable) :
 
Une dynamique régionale du secteur bioalimentaire est organisée autour de plans de développement pluriannuels. À l’heure actuelle, le Plan de développement bioalimentaire régional (PDBR) vise la période jusqu’en 2025L’accès à une alimentation saine et suffisante pour tous figure parmi les objectifs de ce plan, s’articulant sur 3 axes : des filières alimentaires fortes, un secteur ancré dans la société et des territoires porteurs d’avenir.
 
La région compte 12 marchés publics situés dans les MRC des Appalaches, de Beauce-Sartigan, de Bellechasse, de la Nouvelle Beauce, de Lotbinière, de Montmagny, de L’Islet et Lévis. http://taca.qc.ca/dynamiques/marches-publics/
 
La région regroupe une vingtaine de marchés de Noël qui offrent des produits d’ici durant les mois de novembre et décembre. http://taca.qc.ca/dynamiques/marches-noel/
 
Les Arrêts gourmands sont une autre particularité de la région. Au nombre de 120 en 2015, ils sont des lieux où il est possible de s’approvisionner en produits de la région ou de les consommer sur place dans certains cas. Les entreprises Arrêts gourmands doivent respecter une charte de qualité et sont regroupées dans l’une des catégories suivantes : producteur, transformateur, restaurateur et propriétaire de boutiques.
 
Il existe d’autres regroupements locaux (Goûtez Lotbinière, Le Goût de Chez-Nous – Produits des Appalaches, Chemin de la Fraîcheur) ou des regroupements sur des productions (Regroupement des bleuetières, Route des vins)
 
Depuis 2013, un projet-pilote a permis d’introduire des bleuets et autres petits fruits dans les établissements du réseau de la santé et des services sociaux. Un comité travaille actuellement à augmenter la part des aliments du Québec dans les institutions du réseau de la santé et des services sociaux, de l’éducation et de la petite enfance
 
5 MRC et la Ville de Lévis conçoivent, planifient ou mettent en œuvre un plan de développement de la zone agricole. Il est le fruit d’une démarche participative de planification qui met en valeur la zone agricole d’une MRC en favorisant le développement durable des activités agricoles.
 
MRC de Chaudière-Appalaches ont été étudiées afin de connaître les déserts alimentaires. Les résultats sont disponibles et le comité travaille actuellement à identifier des pistes de solution. https://www.esad.ulaval.ca/files/esad/Feuillet_deserts_alimentaires_2015-03-27-VF.pdf
 
Des projets visent à sensibiliser la population à la saine alimentation et à l’importance du secteur bioalimentaire. Pensons aux Journées Portes ouvertes sur les fermes du Québec, aux Journées Couleurs et Saveurs en Chaudière-Appalaches, aux activités dans les garderies et les CPE (Pousse-Pouce) et dans les terrains de jeux (Du producteur à mon bedon, activité des producteurs laitiers du Québec) ainsi qu’aux interventions des différents regroupements locaux de partenaires (RLP).